Zoom sur la réalité virtuelle et le métavers

Zoom sur la réalité virtuelle et le métavers

Depuis que Mark Zuckerberg a renommé son entreprise Facebook en Meta, tout le monde s’intéresse au concept derrière le nouveau nom du petit génie de l’informatique et des réseaux sociaux. Le métavers est un monde numérique, une sorte d’Internet incarné en une réalité que l’on peut voir, toucher, voire sentir, au travers de différents instruments. 

Pour donner cette impression d’immersion, on utilise des lunettes de réalité virtuelle. Le métavers est donc une réalité virtuelle entièrement connectée, un réseau social dans lequel on peut plonger nos sens. 

Comment fonctionnent ces instruments pour arriver à nous plonger dans un autre monde et sont-ils déjà opérationnels ? Quelles peuvent être les opportunités offertes par les différents métavers en préparation ? Éléments de réponse.

La réalité virtuelle, des instruments pour l’illusion

Les jeux vidéo en réalité virtuelle n’utilisent en général que deux sens pour immerger le joueur dans l’univers du jeu : la vue et l’ouïe. Avec un casque audio et un casque de réalité virtuelle, vous pourrez bouger la tête et vous déplacer légèrement, le décor évoluera de manière fluide comme si vous regardiez autour de vous dans la réalité.

C’est cette relation entre la continuité du décor factice et nos mouvements de tête qui bluffent le cerveau. Certains se trouvent même un peu nauséeux à la première expérience tant elle est étrange pour l’esprit. Très à la mode, les jeux en réalité virtuelle connaissent une croissance exponentielle depuis des années.

Au-delà même des jeux créés pour la réalité virtuelle, certains jeux plus anciens sont aujourd’hui adaptés à cette nouvelle forme d’immersion. C’est notamment le cas du poker sur la plateforme PokerStars, qui propose une expérience en réalité virtuelle gratuite, réaliste, et fluide. Vous pourrez ainsi jouer au Texas Hold’em poker avec des amis ou des inconnus à l’autre bout de la planète comme si vous étiez à la même table. 

Mais plus que cela encore, la réalité virtuelle offre des possibilités infinies. Dans cette simulation, on peut ainsi jouer au poker dans un saloon, un yacht, et même une station spatiale.

En travaillant la réalité virtuelle de cette manière, les développeurs et les chercheurs préparent aussi le métavers de demain.

Le métavers du futur sera bien entendu visuel et auditif, mais ce n’est pas tout. Les chercheurs du groupe Meta travaillent aussi sur d’autres instruments pour tenter de tromper les autres sens comme les gants haptiques. Ici, le procédé tend à imiter le sens du toucher à l’aide de petits coussinets plus ou moins gonflés. À terme, les chercheurs voudraient que les internautes interagissent avec les objets du métavers comme dans la réalité. Si l’on attrape un verre dans le métavers, le gant haptique activera un certain nombre de coussins d’air qui simuleront la sensation de ce verre sur la main.

Si cela peut faire rêver, on est encore loin d’un instrument opérationnel et il faudra sans doute des années avant que ce ne soit le cas de l’aveu des chercheurs eux-mêmes.

On peut aussi citer la combinaison haptique, chargée de nous faire ressentir le toucher sur tout le corps ou encore le tapis haptique, un tapis roulant à 360° et sur lequel vous pourrez marcher dans toutes les directions dans le métavers tout en restant dans votre pièce réellement.

Légende : Le casque de réalité virtuelle est l’instrument le plus à la pointe concernant le métavers grâce à son succès dans le monde vidéoludique. 

Si les plus grands groupes investissent massivement dans le métavers, c’est que les possibilités de celui-ci sont presque infinies. Une véritable deuxième révolution comparable à celle d’Internet.

Le métavers, Internet mais en mieux

Imaginons que les instruments soient au point. Une fois plongé dans le métavers, vous pouvez ressentir une brise numérique, jouer avec des amis qui vivent à des milliers de kilomètres au basket sur votre tapis haptique, ou encore surfer sur de la lave en fusion.

Mais ce n’est que la partie immergée de l’iceberg.

Vous pourrez suivre des cours dans différentes universités du monde tout en interagissant de manière naturelle avec votre professeur et vos camarades dans le métavers. Les boutiques en ligne pourront présenter leurs produits en détail, vous pourrez même toucher une chemise avant de l’acheter pour en ressentir la matière. Les réseaux sociaux internes au métavers pourraient ressembler à des immenses salles, des stades ou bien même un petit village champêtre. Et pourquoi pas une station sur la Lune ou un château d’Heroic-fantasy ? On pourrait alors tomber amoureux de l’avatar d’une personne sans l’avoir jamais réellement vue. Une romance sur Internet, mais dans la réalité virtuelle. Aujourd’hui, certains déclarent tomber amoureux d’un robot, pourquoi pas d’un avatar dans le métavers ?  

Il sera possible de visiter chaque endroit sur la planète comme si vous y étiez en utilisant un service semblable à Google Maps, mais en réalité virtuelle. En somme, Internet et ses richesses pourraient devenir un monde numérique, parallèle au nôtre.

En gardant les grandes forces d’Internet comme l’abolition des distances, l’accessibilité et la rapidité à un monde palpable et bien plus intuitif que les navigateurs internet de nos jours, c’est une véritable révolution qui s’annonce.

Pour le moment, cependant, la technologie est encore loin de faire le poids pour supporter un tel monde numérique. Le métavers de Meta n’est qu’un embryon de ce qu’il pourrait être et nul doute au vu des investissements consentis dans ce domaine que Mark Zuckerberg ne veut pas s’arrêter là.