Elon Musk offre 5 000 $ à un adolescent pour qu’il arrête de suivre son avion

Elon Musk offre 5 000 $ à un adolescent pour qu’il arrête de suivre son avion

Elon Musk s’est retrouvé un peu dans le pétrin au milieu des craintes que son avion soit suivi par un jeune de 19 ans.

Compte Twitter, @ElonJet, utilise soi-disant une technologie de pointe pour suivre le jet privé d’Elon Musk depuis des mois et a amassé tout ce qui suit, comptant actuellement plus de 88 000 abonnés.

Le compte semble diffuser les mouvements du jet de Musk grâce à l’utilisation intelligente de robots qui rassemblent des données sur le trafic aérien qui sont largement accessibles au public.

Le cerveau derrière l’opération, l’adolescent Jack Sweeney, aurait créé 15 autres comptes Twitter utilisant la même méthode afin de diffuser quand un avion choisi a décollé ou atterri.

Publicité

Il gère également le compte @CelebJets, qui suit les mouvements de jets privés de nombreuses célébrités, dont Kylie Jenner, Tom Cruise et Oprah Winfrey.

Cependant, selon ProtocoleSelon le rapport, Musk a en fait contacté Sweeney pour lui demander de mettre le « Elon Musk’s Jet » hors ligne.

Afin de tenter le jeune de 19 ans, il lui a offert 5 000 $. Peut-être un peu avare venant de l’homme le plus riche du monde ?

Publicité

Le message de Musk aurait déclaré: « Pouvez-vous retirer cela? C’est un risque pour la sécurité. »

Sweeney a répondu: « Oui, je peux mais ça ne vous coûtera qu’un modèle 3 en plaisantant à moins que? » à quoi Musk a alors dit: « Je n’aime pas l’idée d’être abattu par un cinglé. »

Après un peu plus d’allers-retours, Musk a offert à Sweeney 5 000 $, ce à quoi Sweeney a répondu : « Une chance d’augmenter cela à 50 000 $ ? Ce serait un excellent soutien à l’université et cela me permettrait peut-être d’obtenir une voiture, peut-être même un modèle 3. »

Après avoir accepté de réfléchir aux conditions énoncées par Sweeney, Musk n’aurait apparemment pas repris contact.

Crédit : Alamy
Crédit : Alamy

Plus tôt ce mois-ci, Musk a tweeté que les comptes de médias sociaux suivant ses mouvements « devenaient un problème de sécurité », alimentant de manière suggestive les spéculations entourant cette conversation sur Twitter.

La semaine dernière, il a été rapporté que la société d’implants cérébraux de Musk, Neuralink, approche des essais sur l’homme après que la société a publié des offres d’emploi pour un directeur et un coordinateur d’essais cliniques.

La société de neurotechnologie crée des interfaces cerveau-machine (IMC) implantables qui pourraient connecter les humains aux ordinateurs.

Il a été lancé officiellement en 2016 et a obtenu près de 200 millions de dollars de financement à ce jour, dont la moitié provenait de Musk lui-même.

Les nouveaux rôles annoncés superviseront les essais humains du dispositif médical, qui a déjà été démontré sur des singes et des porcs.

La société prévoyait de commencer à expérimenter sur des humains en 2020, mais cet objectif a été retardé.

Neuralink a été lancé pour fabriquer des dispositifs qui traitent les maladies cérébrales graves, mais a pour objectif à long terme «l’amélioration humaine».